Angélina : Récit d'une rencontre inattendue

August 18, 2018

Avant de me lancer dans l'écriture de ce récit, je voulais réaliser quelques recherches complémentaires sur ceux que l'on appelle nos guides, à celles que j'avais déjà menées plus tôt, dans ma quête de vérité. Mais très vite j'ai été confronté aux innombrables points de vues de bien des auteurs détenant chacun leur propre vérité sur la question. Etant donné que je ne veux surtout pas me limiter dans l'expérience, je me contenterai simplement de vous la raconter. La vision que vous en aurez, vous appartient.​

 

Lorsque j'ai commencé à entendre parler des guides spirituels, par une amie très chère à mon coeur - et qui d'ailleurs j'en suis sûre se reconnaîtra - j'avais une image à la fois  très pieuse et fantasque de ces êtres qui nous accompagnent sur notre chemin de vie, et je les imaginais d'abord un peu comme des anges lumineux avec des ailes blanches dans le dos, puis un peu plus tard comme de simples êtres à forme humaine et rayonnants de lumière. Cela m'aidait à les visualiser tout simplement. 

Je parle beaucoup toute seule, sans jamais avoir vraiment l'impression de l'être. Je veux dire que je parle à haute voix. Je ne saurais dire depuis quand exactement mais depuis l'enfance c'est une certitude. Il n'y a par contre jamais été question d'un "ami imaginaire", en tout cas pas dans mon souvenir. 

Pendant l'enfance je crois que personne n'y a fait vraiment attention, car les enfants par le jeux, ont des dialogues. Mais à l'adolescence, j'ai constaté que tout le monde ne faisait pas la même chose. A vrai dire je m'en moquais un peu, car après tout je ne voyais pas où était le problème. Mais comme il arrivait parfois qu'on me fasse la remarque gentiment, en me demandant à qui je parlais, j'ai tout de même tenté de me montrer un peu plus discrète. Il s'agissait en fait à ce moment là de simples réflexions à haute voix, comme un éclat, mais qui répondait déjà à un véritable dialogue qui se passait dans mon esprit.

Etant désormais la plupart du temps seule lors de ces réflexions, celles-ci ont naturellement et progressivement évoluées en une sorte d'échange un peu plus marqué. Pour être un peu plus précise, je ne fais pas les questions et les réponses à voix haute, disons que je marmonne et je peux soit répondre à mes pensées, soit m'adresser à elles. En revanche je ne fais pas les deux en même temps. Ainsi quelqu'un qui m'écoute ne comprendra absolument pas de quoi je suis en train de parler.  Quand cela se produit, sur le moment je suis si absorbée que je ne m'en aperçois absolument pas, c'est un peu comme si, à ce moment là, je n'étais plus vraiment présente. C'est donc une fois que je reviens à la réalité que je me rend compte que j'étais en train de parler. Par conséquent cela arrive parfois qu'il y ait tout de même du monde autour de moi.

Mon entourage en a je pense prit l'habitude, mon mari par exemple n'y fait même plus attention et mes collègues de travail finissent par s'habituer aussi à cette petite particularité, pas toujours contrôlée et qui de toute façon fait mon charme :-) Cela m'aide énormément aussi à me concentrer, car je crée une sorte de bulle autour de moi.

Ce qui m'interpella un jour et dont je n'avais pas conscience en revanche, c'est que dans ces échanges, dissimulés derrière un drôle de monologue à haute voix, s'imposait un "tu" de façon quasi systématique.

"Ah tu vois !" "tu comprends ?" "tu sais..." "oui tu as raison" "merci c'est une super idée" "dis moi ce que je dois faire" "j'aimerai te confier quelque chose ?" Etc

Cet autre que je ressentais présent depuis toujours sans que ce soit clairement conscient, prenait subtilement sa place à mes côtés. Pourtant je mis un très long moment avant d'écouter véritablement ce qu'il avait à me dire.

Celui que je nommais il y a encore quelques jours "mon cher guide", et ce depuis seulement un peu plus d'un an, resta pendant bien des années, sans nom et sans image. Seule la sensation d'une présence avec qui j'échangeais régulièrement, demeurait. C'est d'ailleurs dans ces moments là, que bien des questions furent réglées et que des décisions importantes furent prises.

Je prends conscience aujourd'hui de ne pas l'avoir entendu quand il tentait de me mettre en garde sur certaines choses, à une certaine époque. 

Cette intuition furtive, ce signal d'alerte qu'on refuse d'entendre.

On pourrait se dire que tout ceci est dans ma tête et qu'il s'agit donc d'une simple interprétation spirituelle et un peu perchée, d'une drôle d'habitude que j'ai prise il y a bien longtemps. Peut-être bien oui... mais vous allez bientôt comprendre pourquoi j'ai fais cette connexion directe entre cette particularité et mon guide.

 

* *

Quand j'ai commencé à étudier la géobiologie, cela répondait à des ressentis qui se manifestaient et sur lesquels je ne mettais pas de mot. Ce n'était pas très agréable en fait, car j'avais plus conscience des ressentis désagréables, des malaises (parfois violents), plutôt que des sensations agréables reliées à certains phénomènes (et pourtant il y en a !).

La géobiologie est l'étude des phénomènes cosmo-telluriques présents en un lieu, dans le but, si nécessaire, de les corriger au maximum, afin d'en favoriser l'équilibre et l'harmonie d'une part, et d'autres part de comprendre l'origine possible d'un mal-être ambiant et que l'on explique pas forcément. 

Lorsque se présente un cas, c'est-à-dire lorsqu'une personne nous contacte pour réaliser une étude de leur domicile ou de leur entreprise (beaucoup de fermes), bien que nous ayons chacun une approche différente, nous (géobiologues) réalisons en général une première étude à distance. C'est une sorte d'état des lieux qui, bien que n'étant pas gravé dans le marbre, nous donne tout de même une idée générale de ce que nous pourrions trouver sur place. 

Dans mon cas, c'est une étape cruciale, car une grosse partie des informations brutes arrivent à ce moment là.

Je travaille avec des outils qui m'aident à devenir le transmetteur par lequel va circuler la réponse à la question, il arrive également qu'une information, une pensée, un mot venu d'ailleurs, surgisse et s'imprime dans mon esprit. Cette information prendra souvent du sens en discutant plus tard avec la personne concernée. L'idéal pour moi, est de ne rien savoir du tout sur ces personnes, le lieu, la raison de leur demande, afin de ne pas m'influencer moi-même dans mon étude, car le mental bloque toute spontanéité. Chez moi ce mental étant très présent, je dois absolument le faire taire, me détacher de lui, pour être tout-à-fait réceptive.

Pourquoi je vous explique tout ceci, et bien parce que lors de ces études, ce qui se produit lorsque je me met à parler toute seule, se produit également à ce moment là et le "tu" que j'émet prend alors toute sa dimension.

Il y a un travail, une compréhension, une complicité, qui se crée, tant au niveau de mes sensations que dans l'échange lui-même, entre moi et "cet autre" qui me guide totalement dans mes recherches. Je ne me sens plus la même, cette bulle prend de plus en plus de force, il y a un flottement, une vibration. Je lui parle et il me répond... elle me répond...

* * *

Mais cette présence qui est-elle ? car si je ne me suis jamais vraiment acharnée à répondre à cette question, c'est elle qui, d'une certaine façon, va se présenter à moi.

Bien qu'ayant renforcé la communication entre mon guide et moi par le biais de la géobiologie, certaines synchronicités vont récemment accélérer les choses, car il y a une volonté de sa part à se faire connaître désormais.

Tout d'abord, l'existence d'une présence, d'une entité à mes côtés me sera confirmé il y a quelques semaines par une personne, une médium, en qui j'ai toute confiance et qui n'a d'ailleurs pas hésité à me remettre les pieds sur terre sur certains sujets et j'admet que c'était véritablement nécessaire. Je lui avais demandé quelques temps auparavant, de réaliser un bilan par rapport à mes capacités psychiques, j'avais besoin de certaines réponses, par rapport notamment à certaines expériences vécues par le passé, et ces doutes qui subsistaient en moi, alors que les choses étaient simples et évidentes. Il y avait donc un besoin de faire un peu le tri dans tout mon vacarme intérieur. Je me suis livrée à elle sur des questions importantes, essentielles à mon évolution et sa réponse fût sans détours et d'une transparence qui ne laissait guère l'ombre d'un doute sur ce que j'avais alors à faire, couper le bruit, reprendre tout à zéro, faire le calme et avancer doucement et avec patience. 

Elle me conseilla de prêter une attention particulière à ce que mon guide avait à m'enseigner et de me tourner principalement vers lui, de lui parler, de tenter d'entrer en contact avec lui, de découvrir qui il est.

Je tiens à préciser que je ne lui avait absolument pas parlé de ce guide dans ma demande, elle ignorait donc tout de cet échange, que j'entretiens depuis maintenant très longtemps, mais qui était visiblement sur le point d'évoluer significativement. Cette confirmation inattendue me libéra ! 

Les jours qui suivirent ne furent pas très différents des précédents, bien qu'ayant décidé de mettre en place quelques aménagements drastiques afin de me recentrer et de me retrouver seule avec moi-même, afin de chasser tout ce qui me pèse et me nuis, mais aussi me faire face, sans échappatoire possible.

Le fait que la médium utilise le terme "d'entité" pour parler de cette "personne" qui veille sur moi, changea radicalement le regard que j'avais sur elle. Je ne saurais dire exactement pourquoi. Peut-être que jusque là le doute m'en empêchait. Je me mis à la questionner, à lui parler un peu différemment de ce dont j'avais l'habitude. J'étais curieuse de savoir qui elle était, mais je comprenais que c'est elle qui me le dirait.

Je n'étais pas dans une attitude pressante pour autant. Je me disais qu'elle se manifesterait lorsqu'elle estimerait qu'il était temps pour elle de le faire.

Durant ce laps de temps, le dialogue habituel fût un peu moins présent, mais certains événements récents que je ne comprenais pas encore m'accaparaient un peu plus l'esprit, notamment sur le lien qu'ils pourraient avoir entre eux. Certaines synchronicités se mirent alors sur mon chemin. 

​​​​

 * * * *

Quelques jours avant de consulter la médium...

Ce matin là, une voix brève mais claire, me tira du sommeil instantanément, dans un léger sursaut. Un seul mot, comme un fort chuchotement venu du plus profond de moi... "maman"... juste cela. La voix semblait féminine. Je me levais d'un saut très tôt ce matin là. Tout était très calme, la maison "dormait" encore. Et ce "maman", ce chuchotement, se répétait dans mon esprit, comme pour ne pas le perdre.

Je dois avouer avoir immédiatement pris des nouvelles de ma mère, soudain inquiète de la source de ce "message", aussi simple soit-il. Elle me répondit très peu de temps après et tout allait parfaitement bien, même mieux que cela. Je demeurais intriguée, mais retournais à mes occupations, rassurée. 

Quelques jours plus tard, je fis un rêve. Je me trouvais sur une belle plage de sable fin, la mer était très calme, l'eau était de cristal. Une petite fille, ma fille, s'amusait dans l'eau avec moi, je ne pouvais la voir que de dos ou légèrement de profil, mais jamais de face. Elle semblait avoir environ 3 ans. Nous étions accompagnées par 3 personnes, que je ressentais comme étant des proches, mais que je ne voyais également que de dos, assis sur le sable, en train de discuter.

Dans ce rêve j'étais à la fois spectatrice et actrice, j'avais donc plusieurs points de vues différents.

Notre baignade dura un moment, puis je sortis de l'eau, laissant "ma fille" seule sur le bord, jouer paisiblement dans une mer d'huile. Tandis que je m'éloignais d'elle, je me retournais et vis la mer se retirer, et au loin une vague gigantesque et monstrueuse se former derrière elle. Elle continuait de jouer, sans crainte. Ceux qui nous accompagnaient, faisant pourtant face à la scène, n'avaient aucune réaction, n'y prêtant absolument pas attention. Je me mis à courir vers elle, je criais, je suppliais de réussir à la sauver de cette vague qui l'emporterait sans jamais me la rendre. Mais j'étais trop loin et la vague s'abattit sur elle, n'y laissant plus que le vide. Je plongeais dans l'eau redevenue plus calme mais encore tourmentée et sondais le fond. Je devais la retrouver, la sauver et j'avais peu de temps. Je pleurais et suppliais, désespérée que quelqu'un m'apporte son aide. Un groupe d'homme plongea alors à son tour dans l'eau, mais les recherches furent vaines. Je finis par sortir, comprenant qu'il était trop tard, elle était partie. Je m'écroulais sur le sol.

Tandis que je pleurais et souffrais la perte de cette enfant, accroupie dans le sable, un rayon de soleil apparu sur ma droite et attira mon attention. Je me retournais et la vit, elle était là bien vivante, baignée d'une lumière dorée qui filtrait dans ses cheveux châtain clair, presque blonds et légèrement bouclés. Je pouvais désormais percevoir les traits de son doux visage, et constater que cette petite fille depuis le début du rêve, n'était en réalité pas la mienne. Elle me regardait et me souriait tendrement, avec sagesse et bienveillance. Elle ne parlait pas, mais pourtant elle semblait me dire "je vais bien, ne t'inquiète pas pour moi, tout est dans l'ordre des choses". Je retrouvais le calme et la sérénité instantanément. Et alors qu'elle ne faisait plus qu'un avec la lumière, mon rêve s'acheva et je me réveillai. 

* * * * *

Ce rêve me bouleversa et me laissa une drôle de sensation. Il me rappelait deux autres rêves très particuliers que j'avais fait plusieurs années auparavant, mais qui impliquaient deux de mes proches alors décédées (ma grand-mère et ma cousine), les découvertes que j'avais alors faites suite à ces deux rêves, étaient assez bouleversantes, et très troublantes pour l'une d'entre elle, car elle y dévoilait un secret malheureusement très douloureux et bien gardé, qui avait fait des ravages dans sa vie. Une histoire dont j'ai pu vérifier la véracité dès le lendemain matin et que certains avaient préféré ignorer et balayer.

Ne trouvant aucune explication à ce rêve et cette petite fille de 3 ans, aucun lien particulier avec quoi ou qui que ce soit, je suis passée à autre chose assez rapidement, le conservant tout de même dans un coin de ma tête, mais sans pour autant parvenir à chasser l'image du visage de cette petite fille à la fois étrangère et familière.

C'est quelques temps plus tard que j'ai consulté la médium, ne lui faisant aucune mention de ces deux "événements", qui pour moi étaient d'une part indépendants l'un de l'autre et d'autre part pour être franche, je n'y ai même absolument pas pensé. 

Pourtant, sans en avoir conscience, un puzzle était en train de prendre forme. Je ne faisais pas encore les connexions entre ses pièces, mais un dernier événement en donnerai la clé.

Suite à la confirmation qui me fût donnée d'une présence, d'une entité "guide" à mes côtés, j'avais compris que c'est vers elle que je devais me tourner, et que je devais la laisser m'enseigner. Je reconnaissais aisément cette relation que j'entretenais discrètement et depuis si longtemps avec cet être avec qui j'échangeais et avec qui j'échange toujours. Il y a en cela, quelque chose de vivant. Je sens que la frontière est parfois très mince entre elle et moi, sans que je puisse la voir, sans que je puisse l'entendre.

De cette confirmation est donc née la question "Qui es-tu ?" "Est-ce que je te connais ?", je proposais également des noms, au cas où... bien sûr je n'obtenais pas de réponse à ces questions, et j'avais en plus de cela l'intuition que j'étais loin du compte. 

 

Un jour que j'avais un banal rendez-vous pour faire toiletter mon chien et quarante-cinq minutes de temps libre devant moi, je me suis arrêtée dans une petite boutique ésotérique où j'aime flâner de temps en temps. J'adore cet endroit, il a le don de m'ancrer dans le "ici et maintenant". Dès l'entrée, un doux parfum de fleur et d'encens nous enveloppe, il n'y a plus d'hier, ni de demain, le temps d'un moment. Je repars toujours avec un cadeau.

Ce jour là, comme à son habitude, la gérante m'accueillit avec un large sourire, puis je commençai mon tour. Je tirai une carte d'un oracle disposé sur une petite table. Celle-ci me conseilla de suivre mon intuition. Sur cette table il y avait aussi des petits post-it sur lesquels on devait écrire un voeu, une prière, puis l'incérer dans une urne au centre de la table. Ces voeux et ces prières seraient alors brûlés le soir même à la lumière de la pleine lune. La fameuse pleine lune "rousse". 

Tandis que je continuais mon tour, je fûs attirée par une pierre, un cristal plus précisément, pour le moins intéressant. C'était un petit bloc jaune, tout lisse, transparent comme du verre et quadrillé de fissures à l'intérieur. Une calcite à double optique jaune. Le manuel de lithothérapie indiqua que c'est la pierre de la vision, du 3e oeil et favorisant l'intuition, elle aide à éclaicir les choses, à trouver la réponse à une question. C'est la pierre de tous les "clairs". Trouvant que le message était très fort, je décidais de l'acheter.

Au moment de payer, la gérante et moi démarrâmes une discussion, et celle-ci prit un tournant plutôt inattendu. Elle commença par me dire que je n'étais pas venue seule, je la regardais interloquée mais je savais qu'elle avait des dons de médiumnité. Très heureuse de cette remarque, je lui répondis qu'en effet, je crois que quelqu'un veille sur moi, que cela fait longtemps que je lui parle, en réalité depuis l'enfance et que j'espère qu'il ou elle se manifestera bientôt, car j'aimerais le connaître. Elle me regarda en souriant et me dit "avez-vous eu une soeur ?", très surprise, je lui répondis que "non, j'ai un frère mais je n'ai jamais eu de soeur". Elle insista et m'entraîna plus loin, vers les livres de la boutique, elle m'en tendit un et me demanda s'il était possible que ma mère, alors qu'elle était enceinte de moi, ait perdu un enfant, comme une jumelle, qui n'aurait pas survécue pendant la grossesse. Je lui répondis que non, ça ne me disait absolument rien. Le livre qu'elle me présentait traitait de ce sujet et elle m'expliqua qu'il arrive qu'un jumeau n'ayant pas survécu pendant la grossesse, donc non incarné, devienne l'esprit guide de son frère ou de sa soeur. Bien que cette information soit tout-à-fait intéressante et fascinante, celle-ci ne me parla pas du tout.

Nous retournâmes près de la caisse. Puis, me revinrent d'un coup en tête, le "maman" qui m'avait révéillé des semaines plus tôt et le fameux rêve de la petite fille de 3 ans. Je lui racontais tout. Elle me regarda attentivement, puis soudain, son regard s'éclaira et presque dans un éclat, elle me dit "demandez à votre mère ce qui s'est passé quand vous aviez 3 ans". A ces mots un incroyable frisson me parcouru le corps tout entier. Elle attrapa ses bras parcouru elle aussi du même frisson, celui qui dit "ça y est on tient quelque chose !". Nous nous regardâmes et dans un éclat de rire et en même temps, "vous l'avez senti vous aussi !".

Une fois l'excitation redescendue, le lendemain, je contactai mes parents par appel vidéo et nous bavardâmes de choses et d'autres pendant un long moment. Juste avant de les quitter, je décidai de me lancer et de poser la fameuse question à ma maman, sur ce qui aurait pu se passer lorsque j'avais 3 ans, en m'excusant de l'étrangeté de ma demande.

Je n'avais à ce moment là aucune attente particulière, je pensais même qu'elle me répondrait "non, il ne s'est rien passé de particulier". C'est d'ailleurs ce qu'elle me répondit au début, je lui dis alors que ce n'était pas grave, puis je la remerciai de m'avoir répondu. Toujours en ligne, elle changea de pièce et se rassit. Puis soudain son visage se transforma, elle venait de comprendre quelque chose. Elle me demanda "as-tu dis quand tu avais 3 ans ?", je lui répondis oui. Son regard s'éclaira alors, puis elle dit, "je sais ce que c'est ! Il s'est bien passé quelque chose quand tu avais 3 ans". Mon coeur s'emballa, prise d'un soudain coup de chaud. "J'étais enceinte, mais j'ai perdu l'enfant...". Ces paroles sortirent d'elle comme quelque chose qui se libérait des profondeurs dans lesquelles on l'avait enfermé durant toutes ces années.

Je n'en revenais pas de ce qu'elle venait de me dire, mon coeur tambourinait, j'étais parcouru de picotements sur le sommet de la tête et de frissons. Je regardais ma mère sans pouvoir ajouter un seul mot. Elle était très émue, bouleversée par ce qui arrivait, bouche bée. Tout remontait. Je souriais, les deux mains collées sur ma bouche qui ne trouvait plus rien d'autre à dire que "c'est incroyable", car ce qui se passait était véritablement incroyable. Ma mère s'interrogeait désormais, elle ne comprenait pas comment j'en étais venue à lui poser cette question, alors je lui racontai tout, cet "autre" à qui je parle depuis si longtemps, la médium, le "maman", le rêve, cette petite fille enveloppée de lumière dorée. Mon père, qui avait tout écouté d'une oreille et de loin, apparu soudain dans le champs de ma webcam, il en avait entendu assez pour avoir cet air stupéfait et la question "mais attends qu'est-ce qui se passe là ?"  imprimée sur le visage. Il s'assit, écoutant cette fois l'intégralité du récit, les yeux écarquillés.

Ce qui est magnifique c'est le message que cette enfant m'avait transmit dans ce rêve et qui à cet instant, prenait tout son sens. Il était d'ailleurs destiné ma mère qui à cette époque avait souffert cette perte, ce message disait "je vais bien, ne t'inquiète pas pour moi, tout est dans l'ordre des choses".

Quelle émotion ! ma mère me dit alors qu'elle avait toujours sentie que c'était une fille et mon père qui ne cessait de répéter "c'est incroyable", "c'est magnifique", ajouta que finalement il n'avait pas eu deux enfants mais bien trois. Ce fût un moment d'émotion intense et merveilleux pour nous trois. Une communion avec cette conscience qui prenait sa place.

Ma mère voulu qu'elle ait un prénom, et lui donna celui d'Angélina. Et moi je réalisai que depuis tout ce temps, elle était auprès de moi. 

 

Depuis cette révélation, je continue à lui parler, mais de moins en moins, tout se faisant très naturellement avec elle depuis le début, je ne m'en inquiète pas. Car je sais qu'elle sera là, quelque part dans cet ailleurs pas si loin de nous. Elle m'a donné un nouveau souffle, elle a insufflé la magie là où je n'en voyais plus. Je me suis lancée dans l'écriture de ce blog, alors que j'en étais incapable quelques temps auparavant, et sans savoir où cette aventure me mènera. 

Chaque soir en me couchant, je sens ces petits picotements sur le sommet de ma tête, un peu comme une main délicate et bienveillante qui se poserait dessus.

 

Je pense qu'elle est très différente là où elle est. Elle n'est ni une enfant, ni une femme. Elle n'est ni "elle" ni "lui". Elle n'a pas de forme humaine à part peut-être celle que je lui donne pour me la représenter. Elle n'est peut-être qu'un point de conscience sur un autre plan. Mais je la remercie, du fond de mon coeur, de m'avoir accompagné et de m'avoir guidé. Au fond de moi je crois qu'elle a désormais quelque chose à poursuivre de son côté, et moi du mien, mais je sais que de temps en temps elle me fera signe. Tout est dans l'ordre des choses.

Oriane 

 

 

Share on Facebook
Please reload

Derniers posts publiés !
Please reload

IMG_20190516_184039_873.jpg
Rejoignez-moi :
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Icône Instagram
  Les rubriques magiques   

Mes suggestions de lecture